Vous êtes ici » Accueil » Crédit immobilier » Le FAQ du crédit Immobilier

Crédit immobilier

Le FAQ du crédit Immobilier

Afin d’être armé pour faire les meilleurs choix en matière d’emprunt, vous souhaitez tout savoir sur le fonctionnement des crédits immobiliers ? Suivez le guide ! Mon Accord répond aux principales questions posées par les internautes ayant déposé une demande de crédit.

Assurances Annexes aux crédits immobilier : pourquoi faire ?

L’engagement à plus ou moins long terme représenté par le crédit immobilier en fait un événement important. Sur une période d’emprunt de 10 à 30 ans, il est légitime d’envisager qu’un décès, un accident de travail ou perte d’emploi puisse vous empêcher d’honorer vos traites. Plus le montant du crédit est élevé et plus sa durée est longue, plus le risque est important. Au-delà de garantir une certaine sécurité à l’emprunteur ainsi qu’à son entourage, l’assurance crédit est une réelle protection puisque le cas échéant, l’assureur prend en charge tout ou partie des mensualités restant dues.
Si l’assurance décès et invalidité est obligatoire, l’assurance perte d’emploi est quant à elle souvent optionnelle.

A quoi je m’engage en m’adressant à Mon Accord.com ?

Constituer un dossier ne vous engage ni auprès de Mon ACCORD.com, ni auprès de nos banquiers partenaires et nos services sont entièrement gratuits. Recevoir des propositions ne vous oblige pas à souscrire un crédit et vous avez la possibilité de vous rétracter dès que vous le souhaitez jusqu’à la signature de l’offre de prêt auprès de la banque choisie.

Quels prêts aidés solliciter dans le cadre de l’acquisition d’une résidence secondaire ?

Le prêt épargne logement est le seul prêt aidé à pouvoir être utilisé pour acheter ou faire construire une résidence secondaire.

Le FAQ du crédit immobilier

Caution ou hypothèque : comment choisir ?

Parce que le défaut de paiement est un risque quel que soit votre profil, les organismes de prêts français attendent des garanties. L’hypothèque et la caution comptent parmi les moyens couramment utilisés pour garantir le prêt :

L’hypothèque : Bien qu’onéreuse, la solution de l’hypothèque séduit. Elle offre à votre banque la possibilité (en cas de défaut de paiement) de procéder à la saisie du logement, ainsi vendu aux enchères judiciaires afin de rembourser le montant des mensualités restants dues. L’hypothèque conventionnelle couvre les honoraires du notaire, la taxe publicité foncière, le salaire du conservateur des hypothèques, ainsi que les frais d’enregistrement et de timbres. Les acquéreurs d’un bien ancien ont quant à eux accès au PPD (Privilège du Prêteur de Deniers), exonérée de taxe de publicité foncière.

La caution : il existe plusieurs formes de caution : la société de cautionnement mutuel, la caution « mutuelle fonctionnaire » et la caution solidaire d’un particulier, qui, insuffisamment rassurante aux yeux des banques, est rarement utilisée dans le cadre d’un crédit immobilier.

Les sociétés de cautionnement mutuel assurent le remboursement du prêt. Ces établissements fonctionnent sur un mode de garantie de prêt qui est basé sur la mutualisation des risques. Ils couvrent l’achat d’un logement, d’un terrain ou la réalisation de travaux. La société de cautionnement mutuel prend une marge sur la caution et verse le reste de la caution sur un fond de garantie. Dans la plupart des cas, la caution mutuelle est plus avantageuse que l’hypothèque. A la différence d’une hypothèque, l’emprunteur n’est pas obligé de passer par un notaire ce qui permet d’éviter des frais d’entrée et de mainlevée. Le coût de la caution mutuelle se compose d’une contribution, remboursable jusqu’à 100% dans certains cas, et d’une commission. Le souscripteur peut même récupérer jusqu’à 75% de sa caution à l’échéance du prêt. Son montant peut s’élever entre 1 et 2.5% du montant du prêt. De plus, la caution mutuelle n’entraîne pas une procédure en cas de problème aussi rapide et radicale que le paiement d’un crédit sous hypothèque. Avant de saisir les biens en dernier recours, la caution mutuelle privilégie d’autres issues comme le rééchelonnement de dettes.

La caution « mutuelle fonctionnaire » fonctionne sur le même principe que ces sociétés à la différence que leurs tarifs défient toute concurrence, il arrive même dans certains cas que la « mutuelle fonctionnaire » garantisse gratuitement un prêt.

La caution solidaire d’un particulier est très peu utilisée dans le cas des crédits immobiliers notamment parce que cette garantie n’est pas suffisante pour les banquiers.